Les prochains salons

  • Salon du travail et de la mobilité profess...
    du 19/01/2018 au 20/01/2018Voir
  • Salon AQUITEC (Bordeaux)
    du 25/01/2018 au 27/01/2018Voir
  • Salons ACCESS MASTER et ACCESS MBA
    du 26/01/2018 au 27/01/2018Voir
  • Salon Formation Emploi Alsace (Colmar)
    du 26/01/2018 au 27/01/2018Voir
  • 22e Mondial des Métiers Auvergne-Rhône-Alp...
    du 01/02/2018 au 04/02/2018Voir
  • 24 Heures pour l’Emploi et la Formation (B...
    le 08/02/2018Voir
  • 24 Heures pour l’Emploi et la Formation (...
    le 22/02/2018Voir
  • Paris pour l'emploi des jeunes 2018
    le 06/03/2018Voir
  • Les Emplois en Seine 2018 (Rouen)
    du 12/04/2018 au 13/04/2018Voir

4 618 offres

Consultez les formations

Les métiers

Voir tous les articles

Toutes les dernières infos emploi

Rechercher un article

Dans le titreDans le texteTout

Emmanuel Macron : ce qu'il propose pour l'emploi

24/04/2017

Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte lecture tranquille

Parti : aucun. A créé le mouvement « En Marche ! ».

Mandat actuel : aucun
Age : 39 ans

Nombre de participation aux présidentielles : 1 (2017)

Le candidat du droit au chômage généralisé

S’attaquer au chômage de masse constitue l’un des principaux chantiers du candidat, qui entend ramener la courbe à 7 % d’ici 2022. Parmi les nouveautés : le mode de financement de l’Assurance chômage, non plus par les cotisations salariales mais par l’impôt. E. Macron souhaite ainsi freiner le déficit, mais surtout ouvrir les indemnités à de nouveaux profils tels que les indépendants, les autoentrepreneurs, les artisans et même les employés démissionnaires (dans la limite d’une fois tous les cinq ans). Les chômeurs seront cependant plus encadrés, notamment par la nécessité d’effectuer un bilan de compétences et l’impossibilité de refuser deux offres d’emploi sous peine de se voir radié.

 

Le candidat de la modulation

Instigateur de la Loi Travail, Emmanuel Macron estime que le Code du Travail, gravé dans la pierre comme une Table de la Loi, ne peut pas s’adapter à la diversité des situations en entreprise. C’est pourquoi il souhaite le résumer à quelques principes fondamentaux (durée légale, salaire minimum, égalité professionnelle) et laisser les questions pragmatiques (organisation du travail, horaires) se décider au plus près du terrain, par accords de branche ou d’entreprise.

Le candidat juge également que les besoins et possibilités laborals de chacun varient selon son profil. Il entend donc instaurer un temps de travail modulable selon l’âge du salarié (plus de 35h pour les jeunes, moins pour les seniors). Si l’âge légal de départ à la retraite restera inchangé, chacun pourra partir à tout moment avec une vision claire de ce à quoi il a le droit. Les régimes spéciaux seront abolis : partout, un euro cotisé ouvrira les mêmes droits.  

Cette « souplesse » concernera également la fonction publique, avec une remise en question des avancées de carrière et de rémunération automatiques des fonctionnaires. Leur salaire et leur promotion seront désormais, comme dans le privé, individualisé et fonction de leurs résultats.  

 

Lire aussi : le programme d'En Marche ! pour la présidentielle

 

Le candidat du travail valorisé

E. Macron ne cache pas son attachement à la « valeur travail » et se présente lui-même, sans détour, comme le « candidat du travail ». Il s’oppose donc à l’idée du revenu universel et estime que le RSA permet déjà de garantir une existence digne malgré les aléas de la vie. Pour que le travail soit toujours plus valorisé que l’inactivité, la prime d’activité sera revalorisée d’une centaine d’euros. « Aujourd'hui, […] quand vous rentrez dans le travail avec un Smic à temps partiel ou un Smic et que vous étiez au RSA, vous n'avez par la prime d'activité, vous n'êtes pas incité forcément à travailler», estime-t-il. Le SMIC sera par ailleurs revalorisé, par le versement d’un treizième mois (soit environ 100 € par mois). Les cotisations salariales seront également allégées pour tous les actifs, afin de rapprocher le salaire net du brut.

 

Le candidat des nouvelles formes de travail

Que ce soit lors de son séjour au Ministère de l’Economie ou lors de sa campagne, Emmanuel Macron n’a cessé de montrer son attachement aux entrepreneurs. Permettre à chacun d’être son propre patron, c’est pour lui manière la plus évidente de lutter contre le chômage, de développer l’innovation et ainsi d’assurer la compétitivité de la France à long terme. Il entend donc « doper l’esprit d’entreprendre », en garantissant aux indépendants la même couverture sociale que les salariés. Le RSI (régime social des indépendants) sera par conséquent supprimé. 

Les derniers articles

  • Recrutement, carrière : quand l’apparence physique pose un problème de poids
  • [CINE] L’école de la vie : l’insertion professionnelle de grands enfants
  • Le gouvernement lance la réforme de la formation et de l'apprentissage
  • Insertion des jeunes : l’ascenseur social (toujours) en panne
  • Assurance chômage : E. Macron annonce déjà quelques reculs


  • Rechercher une offre

    Rechercher une formation

    Top recruteurs

    images.jpeg      isefac_ok-1.jpg

    logo_EMB_Business_School_simple (2)-1.jpg      ADIEL ACF-1.jpg

    pigier2017.jpg