Les prochains salons

  • Opération Pièces Jaunes 2018
    du 10/01/2018 au 17/02/2018Voir
  • #DevenezMagistrat : inscriptions aux conco...
    du 15/01/2018 au 15/03/2018Voir
  • 100 jours pour entreprendre
    du 15/01/2018 au 25/04/2018Voir
  • Journée Portes Ouvertes chez les Compagnon...
    du 19/01/2018 au 21/01/2018Voir
  • Journée "Osez l'Allemagne" au CIDJ
    le 23/01/2018Voir
  • Paris Images Digital Summit
    du 24/01/2018 au 27/01/2018Voir
  • Salon AQUITEC (Bordeaux)
    du 25/01/2018 au 27/01/2018Voir
  • Salons ACCESS MASTER et ACCESS MBA
    du 26/01/2018 au 27/01/2018Voir
  • Salon Formation Emploi Alsace (Colmar)
    du 26/01/2018 au 27/01/2018Voir
  • La semaine de l’orientation (Lille)
    du 29/01/2018 au 02/02/2018Voir

4 934 offres

Consultez les formations

Les métiers

Voir tous les articles

Toutes les dernières infos emploi

Rechercher un article

Dans le titreDans le texteTout

Erasmus des apprentis : pourquoi ça coince encore

04/07/2017

Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte lecture tranquille

Un an après le lancement de l'opération EuroApp, visant à réfléchir au développement d'un Erasmus pour les apprentis, le bilan est mitigé. Si l'alliance d'alternance et de mobilité est unanimement reconnue comme un puissant levier d'insertion professionnelle, les obstacles sont nombreux et complexes pour permettre aux apprentis de vivre une expérience de longue durée dans un autre pays de l'Union européenne. 

[Crédit photo : AOCDTF / Florent Pottier.]

 

Une solution contre le chômage des jeunes

Le mal est connu ; les remèdes, aussi. Si certains pays européens (comme la France et l’Espagne) présentent encore un taux de chômage des jeunes autour de 20 %, il est désormais admis que deux leviers peuvent drastiquement inverser la tendance : la formation en apprentissage et la mobilité internationale. Toutes deux améliorent sensiblement l’employabilité des jeunes et facilitent le passage des études au marché du travail.

C’est pourquoi la Commission Européenne a lancé l’année dernière un projet pilote, visant à développer la mobilité longue des apprentis à travers l’Europe. Sur l’initiative du député européen Jean Arthuis, elle entendait envoyer en un an 140 apprentis en séjour Erasmus, afin d’identifier les obstacles, trouver des solutions et –à terme– instaurer un Erasmus de l’apprentissage. Seuls 80 d’entre eux sont aujourd’hui en mobilité.

L’heure est aujourd’hui à un premier bilan, pas vraiment optimiste. Outre le déficit d’image de l’alternance qui persiste dans tous les pays (y compris l’Allemagne, pays modèle où elle est pourtant en perte de vitesse), les barrières sont principalement d’ordre législatif.

 

Lire aussi : Erasmus : scénarios pour un Brexit

Plus on est de pays, moins on rit

La volonté politique est indéniablement là ; c’est sur le terrain que les choses se compliquent. Permettre aux apprentis de 28 pays de partir en mobilité suppose d’harmoniser les règles concernant le statut de l’apprenti, la responsabilité de l’employeur et la validation des compétences. Dans certains pays, la législation diffère même d’une région à l’autre, de quoi compliquer encore plus le travail des députés européens.

Aujourd’hui, le droit français n’est pas franchement motivant pour les employeurs. C’est pourquoi ils privilégient aujourd’hui les voyages de très courtes durées (un mois en moyenne). En permettant à son apprenti de partir, le patron reste responsable en cas d’accident ou même soumis à ses obligations de rémunération et de cotisation.

Malgré tout, la Commission s’obstine et a déjà fait savoir son intention de soutenir la mobilité des apprentis par la création, dès 2018, d’un volet spécifique à la mobilité longue des apprentis dans le cadre du programme Erasmus +. Elle déclare également vouloir se pencher sur un « cadre type pour un apprentissage de qualité », soit une série de préconisation pour harmoniser les pratiques au sein des pays membres permettant la création d’un véritable statut européen de l’apprenti. La France souhaite se montrer proactive sur ce sujet et ne pas attendre les directives européennes pour agir. Le cabinet de la Ministre du Travail fait ainsi savoir que le gouvernement "réfléchit à un objectif chiffré' et fait de "l'apprentissage est une priorité de son action".

 

Découvrez des témoignages vidéos d'apprentis Erasmus sur le site EuroApp :

Les derniers articles

  • 2018, des réformes et un anniversaire
  • Recrutement, carrière : quand l’apparence physique pose un problème de poids
  • [CINE] L’école de la vie : l’insertion professionnelle de grands enfants
  • Le gouvernement lance la réforme de la formation et de l'apprentissage
  • Insertion des jeunes : l’ascenseur social (toujours) en panne


  • Rechercher une offre

    Rechercher une formation

    Top recruteurs

    logo_EMB_Business_School_simple (2)-1.jpg      images.jpeg

    ADIEL ACF-2.jpg      isefac_ok-1.jpg

    pigier2017.jpg