Les prochains salons

  • Job pour tous & alternance
    du 22/05/2018 au 08/06/2018Voir
  • Open Forum Essec - Hanploi
    le 22/05/2018Voir
  • Forum Emploi (Bordeaux)
    le 24/05/2018Voir
  • Carrefour des carrières commerciales et Jo...
    le 25/05/2018Voir
  • Les Journées Québec
    du 26/05/2018 au 27/05/2018Voir
  • Salon Viva Technology
    le 26/05/2018Voir
  • 24 Heures pour l’Emploi et la Formation (E...
    le 31/05/2018Voir
  • Job Salon des 10 000 emplois
    le 05/06/2018Voir
  • Rendez-Vous Recrutement Experts (Reims)
    le 07/06/2018Voir
  • Journée Portes Ouvertes spéciale Alternanc...
    le 07/06/2018Voir

7 017 offres

Consultez les formations

Les métiers

Voir tous les articles

Toutes les dernières infos emploi

Rechercher un article

Dans le titreDans le texteTout

La filière S, levier d'insertion privilégié pour les jeunes

30/01/2017

Agrandir la taille du texte Réduire la taille du texte lecture tranquille

Avec 38 000 ingénieurs diplômés en 2015, la France n’a pas à craindre une désaffection des jeunes à l’égard des métiers industriels. Cependant, les menaces qui pèsent sur le secteur sont nombreuses, au premier rang desquels celle de la modernisation des pratiques industriels. Les usines changent de visage, rapidement, et c’est pourquoi les étudiants sont parfois perdus à l’heure de choisir leur orientation.

 

34 % des élèves envisagent de s'orienter vers une filière scientifique ou technique. 


Selon une étude Ifop commandée par l’agence 4Vents, les jeunes au niveau collège et lycée font contre mauvaise fortune bon cœur : ils sont ainsi 64 % (et 74 % en IDF) à se déclarer optimisme quant à la suite de leur parcours professionnel.
Ces résultats sont cependant à nuancer par les détails. S’ils sont persuadés de pouvoir poursuivre des études qui les intéressent (82 %) et dans lesquelles ils réussiront (81 %), ils se montrent moins confiants sur leur possibilité de trouver un emploi (59 %), bien gagner leur vie (57 %) ou même à occuper un poste intéressant (55 %).

Face à de telles préoccupations, le choix de la filière scientifiques semble le plus stratégique pour les répondants, qui considèrent que celle-ci donne accès des métiers plus variés et mieux rémunérés. Un résultat qui souligne encore la forte sexualisation des parcours scientifiques et technologiques, bien plus plébiscités par les garçons.

 

Seuls 1/3 des élèves se disent informés au sujet des métiers industriels.

Si les professionnels du secteur se réjouissent de ces résultats qui contredisent la désaffection annoncée des jeunes pour les métiers industriels, ils restent cependant méfiants. Pour eux, ce sont avant tout les grands groupes qui sont à l’origine de cet enthousiasme. Celui-ci traduirait donc une méconnaissance du tissu industriel français, fait avant tout d’entreprises moyennes (moins de 150 salariés) engagés en sous-traitance sur de gros chantiers. Les enseignants, complètement coupés du marché de l’emploi, ne sont pas à même de corriger cette vision et orienter correctement les jeunes. C'est ainsi qu'une large majorité de diplômés des filières scientifique et technologiques finissent par travailler dans les services, souvent par méconnaissance des véritables débouchés. 

Ces derniers semblent conscients de leur manque d’information. C’est pourquoi ils appellent à une contextualisation des enseignements scientifiques (par des mises en situation, des stages plus nombreux) et à un développement de l’apprentissage.

Les derniers articles

  • Transmission du savoir en entreprise : le vouloir pour le pouvoir
  • Métier décalé : le magnétiseur
  • Secrétaire du Comité d’Entreprise : « le risque de voir ses relations se détériorer »
  • Redémarrage de la croissance : les enjeux essentiels
  • Grèves : les dommages collatéraux


  • Rechercher une offre

    Rechercher une formation

    Top recruteurs

    pigier2017.jpg      ADIEL ACF-2.jpg

    isefac_ok-1.jpg